blabla, etc

24 mai 2018

sur les pas de gandhi

au cœur de la foisonnante et turbulente capitale sud-africaine se cache un havre de paix, la satyagraha house

c’est dans ce quartier résidentiel d’orchads qu'au début du siècle dernier a vécu Gandhi
en ses murs coiffés d'un toit en chaume, il a aiguisé sa doctrine politique et spirituelle de résistance passive (satyagraha signifie en sanskrit le pouvoir de la vérité

en 2010, Voyageurs du monde a su sublimer la ferme traditionnelle africaine construite par l’architecte allemand (et compagnon de route de gandhi) hermann kallenbach et garder l’esprit de son illustre hôte pour en faire un lieu hybride entre musée et chambre d'hôtes

dès l’entrée, l’atmosphère de sérénité et de recueillement vous saisis !
les murs égrènent des photographies du jeune mohandas gandhi : quand il arrive en 1893, il est encore un avocat timide, fraichement diplômé du barreau de Londres
il n’est pas alors le guide au crane rasé et drapé de blanc que l’imagerie collective a figé, mais un jeune et brillant avocat élégamment vêtu, tel un personnage traversant les films de satyajit ray

il est acquis qu’un incident banal, à bord d’un train à la gare de pietermaritzburg (gandhi fut débarqué pour avoir défendu ses droits à voyager dans la classe réservée aux blancs) fut l’élément déclencheur du combat de sa vie
au gré de nombreuses démonstrations pacifistes, procès, séjours en prison… menés pour défendre la communauté indienne du pays, il va façonner sa personnalité 
ainsi, durant vingt-et-une années africaines (1893-1914), le mahatma (traduisez la « grande âme ») aura-t-il de cesse de développer la force morale opposée à celle des armes, un mode protestataire pacifiste qu’il essaimera en inde pour mener le pays à son indépendance et initiera finalement un mouvement de décolonisation dans le monde entier

son idéal de résistance passive a continué à diffuser bien après son départ d’afrique à 46 ans, en trouvant écho notamment dans le combat de mandela

certes, des théories ont bousculé l'idéal gandhien de fraternité, mais dans une capitale encore scarifiée par les inégalités et l’insécurité, il est utile de se replonger dans cette doctrine, utopique peut-être, mais espérons que l'aura de l’infatigable apôtre de la non-violence influe encore pour des lendemains meilleurs... 

1g

2g

3g

4g

5g

6g

7g

8g

9g

10g

11g

12g

13g

14g

15g

16g

17g

18g

19g

20g

21g

22g

23g

24g

25g

26g

27g

28g

29g

30g

31g

32g

33g

34g

35g

36g

37g

38g

39g

40g

41g

42g

43g

44g

45g

46g

47g

Posté par blabla etc à 15:53 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

23 avril 2018

sentir les frémissements d'un renouveau à lorentzville

si la gentrification est maintenant assumée et réussie à maboneng (dont je vous ai parlé hier),
les quartiers "est" de johannesburg aux alentours de new doornfontein n'en sont qu'à leurs balbutiements en terme de réhabilitation...
il faut dire que le renouveau de certains espaces urbanisés de joburg ne trouve pas son origine dans une volonté municipale éclairée et affirmée
ce sont donc des investisseurs privés et inspirés qui décident d'acquérir d'anciennes usines, généralement,
et de les transformer en lofts et ateliers d'artistes !
nous avons visité le quartier de lorentzville, célèbre pour avoir été le théâtre des laveries, ce quartier étant traversé par une rivière, une des seules sur ce plateau de 1800 mètres d'altitude, rappelons-le !
c'est l'entreprise nandos, florissante en afrique du sud, qui a décidé d'y installer ses bureaux
résultat, en quelques mois, les travaux ont commencé  
comme dans le complexe de victoria yards,
des parterres de plantes et légumes invitent à la flânerie,
des galeries d'art ont ouvert leurs portes au public,
et en poussant un peu plus loin à pied, vers troyeville
on découvre des magasins de créateurs africains alliant tradition et modernité,
quelques cafés avec une vue époustouflante sur la skyline de joburg...
bref, là où nos esprits d'européens ne verraient que des maisons en friche et des terrains à l'abandon,
nous pouvons y pressentir un quartier en devenir 

il ne serait vraiment pas étonnant que ce quartier devienne dans les années à venir un nouveau spot branché où se promener

1lorentz

2lorentz

3lorentz

4lorentz

5lorentz

6lorentz

7lorentz

8lorentz

9lorentz

10lorentz

11lorentz

12lorentz

12bislorentz

13lorentz

14lorentz

15lorentz

16lorentz

17lorentz

18lorentz

19lorentz

20lorentz

21lorentz

22lorentz

23lorentz

24lorentz

25lorentz

26lorentz

27lorentz

28lorentz

29lorentz

30lorentz

31lorentz

32lorentz

33lorentz

34lorentz

35lorentz

36lorentz

37lorentz

Lorentzville

39lorentz

45lorentz

46lorentz

47lorentz

48lorentz

49lorentz

50lorentz

51lorentz

52lorentz

53lorentz

Posté par blabla etc à 19:14 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

le pouls de l'Afrique bat à maboneng !

si la capitale sud-africaine souffre encore de cette insécurité qui lui a fait sa mauvaise réputation
il se trouve que, down town, des quartiers renaissent de leurs cendres
au premier rang desquels, maboneng !
c’est devenue depuis quelques années, the place to be le dimanche...
un corner hipster s'est peu à peu développé autour de la flamboyante et réjouissante fox street 
et de la bouillonante galerie arts on main
dans ce grand ensemble avant-gardiste, les artistes de street art ont trouvé un terrain de jeu idéal
les entrepôts du début du XXe siècle ont été réhabilités, constituant un village dans la ville
au grés d'une balade à pied, l’on trouve des galeries d’art, des restaurants branchés, le rooftop d'un hôtel prisé, un cinéma d'auteurs et des boutiques proposant des articles de créateurs locaux
le dimanche, des groupes et fanfares se diputent un public chaloupant aux rythmes d'une africanité moderne, vivante !
ce dimanche, nous y avons emmené nos mentees, enthle et lohlogenolo, que nous accompagnons comme mentors dans leurs études,
un joli dimanche à maboneng !

0graffitis

1graffitis

2graffitis

58graffitis

4graffitis

6graffitis

7graffiti

59graffitis

9graffitis

10graffitis

11graffitis

12graffitis

13graffitis

14graffitis

16graffitis

17graffitis

18graffitis

19graffitis

20graffitis

22graffitis

24graffitis

25graffitiss

26graffitis

27graffitis

30graffitis

31graffitis

38graffitis

39graffitis

40graffitis

41graffitis

42graffitis

43graffitis

45graffitis

46graffitis

47graffitis

49graffitis

51graffitis

52graffitis

53graffitis

55graffitis

56graffitis

57graffitis

61

 

Posté par blabla etc à 15:08 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
19 avril 2018

bijou, une perle en son écrin

je ne sais plus trop si je l'ai déjà dit par ici...
mais les françaises débarquant à johannesbourg ont la très grande chance d'être accueillies par les Gentilles Organisatrices de jobourg accueil
l'association se charge d'organiser café, visites, randonnées et autres activités pour nous permettre de prendre le pouls de la ville et; plus généralement du pays, qui nous accueillent
ces chouettes nanas m'ont demandé de participer à la rédaction de leur journal
...
pour celles que cela intéresse, voici l'interview que j'ai réalisée de bijou, une jeune étudiante, ambassadrice de sa ville,
puisqu'elle fait partie de l'association qui fait visiter la tour ponte (dont je vous avais déjà parlé dans un précédent billet)
une fois n'est pas coutume, je vous livre ses réponses en anglais ;)

1.  Why did you decide to work with Dlala Nje? 
- Initially the Dlala Nje’s tourist guide team was made up of only male, later in time the directors decided to bring in the idea of having a female tourist guide so I and a few other ladies where invited to an interview process. I was lucky enough to pass all three of the stages which included research and presentations. 
I started working at Dlala Nje in November 2016, and I decided to continue working at Dlala Nje because I am a person that likes to meet new people and I find passion in interacting with new people. Every time I give a tour, it gives me great joy to know that I impacted someone’s life and I left a footprint, whether it is their first time in Africa or South Africa. It is a blissful feeling to be part of a tourist/guest’s experience. 
I also decided to work with Dlala Nje because I was born and raised in Johannesburg and I grew up within the streets of Hillbrow, Yeoville and Berea. The opportunity to be able to share my personal experience and to be able to tell people about where I am from, is just phenomenal and definitely not a chance that happens on a sunny day.

2.  Do you live next to Ponte Tower? Do you go to school near Pont Tower?
- No, I currently live in Randburg, the north of Johannesburg and I moved here in 2014 after living in Yeoville for the most of my childhood. I am currently studying at the University of Johannesburg which is not near the Ponte Tower but I schooled near Ponte Tower in primary.

3.  How do you organise your schedules to share time between school and visits?
- I am a full time student at the university. I am very lucky to have directors that understand that I am still a student so they tend to work around my school schedule. I have challenges here and there, but then again what’s a life without struggle in order to claim victory in the end. I am also very lucky to be working in the industry in which my course entails, so I have the first-hand experience to work with international guests and have a part of theory in school, put into practice at work.

4.  What is your mother tongue? What is your family story which bring you to speak French? 
- My mother tongue is Tshiluba, it is a native language from the DRC (Democratic Republic of Congo) although I do not speak the language. I was born and raised in Johannesburg, South Africa. My mother is an educator so she spoke to us (my siblings and I) in English more than any other language but growing up, whenever we’d visit our family members we were forced to speak French, Lingala and Swahili (languages spoken in the DRC) hence I know how to speak the language. Growing in South Africa I was not necessarily exposed to people from the DRC (except family-but even they started speaking to us in English in order to learn the language) so for a moment the languages started becoming a memory, I completely forgot how to speak Swahili but when I started my first year in university, that was the first time I was given an opportunity to have a big group of Congolese friends that speak exceptional French and miraculously the language returned; until this very day I have valued the chance in being able to speak, write and read the language. Haha, they say old ways never die, I guess it works even for languages!

JB

IMG_5488

JB3

 

 

Posté par blabla etc à 14:28 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
01 avril 2018

un samedi au dinokeng

il est une réserve à un peu plus d'une heure de joburg dans laquelle nous aimons aller,
facile d'accès, on peut ensuite évoluer en self driving...
pour notre troisième incursion au dinokeng, nous avons choisi d'emmener nos deux mentees, nos deux jeunes protéégées que nous avons choisi d'accompagner pour leur donner des ailes et avoir le goût d'apprendre
nous aurions aimé que pour leur première fois, elles puissent voir les big five
nous nous sommes contentés du rhinocéros noir,
un chacal, un crocodile, une floppée de mangoustes, des gnous et zèbres à profusion !
une dizaine de girafes, dont deux qui se livraient un combat de cous !
l'une, couchée, qui s'est dépliée devant nos yeux ébahis : une vraie posture de yoga avec ces quatre longues jambes là !
et comme je m'y perds dans le petit nom des antilopes, je me suis fait un petit mémo ;)

en piste !

1d

2d

3d

4d

5d

 

6d

7d

8d

9d

10d

11d

12d

13d

14d

15d

16d

 

18d

19d

20d

21d

22d

23d

24d

25d

26d

27d

28d

29d

30d

31d

32d

33d

34d

35d

36d

37d

38d

39d

40d

41d

42d

 

 

Posté par blabla etc à 10:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

31 mars 2018

cap au sud du sud #4

last but not the least,
dernière journée de notre séjour,
direction le cap de bonne espérance !
pour le rejoindre, nous empruntons la très belle route qui longe la côte
avec l'impression de grapiller la place aux runners et cyclistes qui ont investi l'espace en ce dimanche splendide...

comme nous avions eu la chance d'être venus sur ces lieux en septembre,
nous avons choisi l'autre option, celle de cape point
plus au sud encore, moins touristique et plus sauvage, que le cap de bonne espérance...
des eaux turquoises, du sable blanc et une végétation tout à fait unique et symbolique de cet environnement,
le fynbos dans lequel vadrouille ce matin-là, devant nos yeux, un groupe d'autruches peu farouches

un sentiment de bout du monde, enivrant !

et puis un détour à castle rock où nous avons le plaisir de découvrir une piscine naturelle et sa plage investie par quelques afrikaners équipés de leurs braïï (comprenez barbecue en langage sudaf !),
une scène typique (comme tout droite sortie des clichés de martin gray ou massimo vitali dont je me suis amusée à glisser quelques photos) nous a charmés,
certains d'entre nous ont même goûté à l'eau -fraîche avouons-le- mais la place au soleil était pour le moins accueillante !

un passage à boulders beach où fricote une colonie de manchots (incontournable, mais un peu trop touristique à notre goût)
un dîner savoureux de poissons fraîchement pêchés au harbour house, dans la baie de kalk bay
et puis terminer la journée en foulant la plage de muizemberg, paradis des surfers, avec l'envie d'y revenir
ainsi, je tourne la page de ces premières vacances avec des invités, prêts pour accueillir les suivants !

1cap

2cap

3cap

4cap

5cap

6cap

7cap

8cap

9cap

 

10cap

11cap

12cap

13cap

 

15cap

16cap

17cap

18cap

19cap

21cap

22biscap

23cap

24cap

25cap

26cap

27Cap

28cap

29cap

30cap

31cap

32cap

33cap

34cap

35cap

36cap

37cap

38cap

39cap

40cap

41cap

42cap

43cap

44cap

45cap

46cap

47cap

48cap

49cap

50cap

52cap

53cap

54cap

55cap

56cap

57cap

58cap

59cap

Posté par blabla etc à 00:15 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
19 mars 2018

capetown, plein les yeux #3

pour notre troisième jour, 
nous décidons de prendre le pouls de capetown,
cette ville a des airs de san francisco, une référence qui ne peut que séduire !
nous avons commencé par le tout nouveau musée d'art contemporain :
le zeitz mocaa, inauguré en september dernier, veut s'imposer comme la nouvelle référence de l’art contemporain sud-africain

avant de regarder les pépites de la nouvelle scène africaine,
l'intérêt réside d'abord dans les habits du musée, une véritable réussite architecturale mais aussi symbolique : utiliser du bâti local pour moderniser ce pays scarifié par son histoire
quand on entre dans ces anciens silos agricoles, on est subjugués par la réhabilitation éminemment savante qui laisse à voir un gigantesque jeu d'orgues
on avance ensuite au gré des collections, dans les entrailles des bâtiments...
les vitres en kaléïdoscope offrent un panorama exceptionnel sur la ville

les oeuvres ont de quoi interroger, ou laisser perplexes c'est selon
mais on comprend les propos de mark coetze, directeur exécutif du musée, "les œuvres mises en avant sont politiques, de toutes leurs fibres, de chaque coup de pinceau »
il n’en fallait pas moins pour convaincre le monde que l’afrique du sud s’affirme comme un pays nouveau, prêt à se propulser sur le devant de la scène artistique
sans compter que l'art contemporain sud-africain donne une caisse de résonnance aux « born free », ces artistes nés après le régime d’apartheid, comme Mohau Modisakeng ou Zanele Muholi
l’art leur donne la conviction de lutter pour libérer un pays soumis à des codes raciaux inexorables ; ces jeunes ont l’espoir que l’art réunisse !

nous continuons notre promenade
impossible de se balader dans capetown et d'occulter le waterfront,
qui plus est quand le ciel est d'un bleu pur,
un déjeuner avant de flâner sur les quais et nous rejoignons notre étape de charme,
dans le quartier le plus savoureux à mes yeux,
le waterkant et les célèbres maisons colorées de bo kaap

une belle maison sur trois étages avec une terrasse en rooftop qui nous a permis de goûter à la douceur de vivre à capetown

1cap

2cap

3cap

4cap

4capm

5cap

6cap

7cap

8cap

9cap

 

11cap

12cap

13cap

14cap

15cap

16cap

17cap

18cap

19cap

20cap

21cap

22cap

23cap

24cap

25cap

26cap

27cap

28cap

29cap

30cap

31cap

32cap

33cap

34cap

35cap

36cap

37cap

38cap

cap

39cap

40cap

41cap

42cap

43cap

44cap

45cap

46cap

47cap

48cap

49cap

50cap

51cap

52cap

53cap

54cap

55cap

 

 




Posté par blabla etc à 21:40 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
16 mars 2018

sur la route des vins #2

pour le deuxième jour de notre séjour,
nous quittons le cap pour emprunter la route des vins...
nous avons eu un vrai coup de coeur pour cette région des vignobles
qui n'est pas sans nous rappeler notre chère bourgogne,
si ce n'est que les terres vallonnées sont entourées d'une chaîne de montagnes
qui proposent un décor particulièrement majestueux

pour cette partie de notre voyage
nous avons fait étape dans un gîte au charme incomparable, les cottages de boschendal
arpenté les jardins savamment composés de babylonstoren
programmé une dégustation dans les caves de La Motte
et fini la journée sur les hauteurs de stellenbosch
dans le deli du réputé restaurant tokara (à défaut d'avoir réservé assez à l'avance dans ce restaurant-là pourtant sur notre liste...)
où nous avons dégusté un vin du cru (comment aurait-il pu en être autrement) et goûté à un panorama envoutant éclairé à l'heure rose

1b

 

2b

 

3b

 

4b

 

5b

6b

 

 

089A1411m

07bis

08bis

09bis

 

012bis

7b

8b

9b

10b

 

12b

13b

 

15b

16b

17b

18b

19b

20b

21b

22b

23b

24b

25b

26b

27b

28b

29b

30b

31b

32b

33b

34b

35b

36b

37b

38b

39b

40b

41b

42b

bees

089A1468m

089A1476m

089A1484m

089A1496m

43b

44b

45b

46

47b

48b

49b

50b

51b

52b

53b

54b

55b

56b

57b

58b

59b

60b

61b

62b

63b

64b

65b

66b

67b

68b

69b

70b

71b

72b

73b

74b

75b

76b

77b

78b

79

80b

81b

82b

83bis

83b

84b

85b

 





Posté par blabla etc à 22:09 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
09 mars 2018

capetown # 1

quand s'est posée à nous la question d'une expatriation en afrique du sud,
nous n'avons pas hésité longtemps à dire Oui !
la seule perspective de vivre loin de nos parents nous a mis des papillons dans le ventre,
car pour ce qui était des copains, nous comptions bien les recevoir à la maison 
seuls les kilomètres, il faut bien le dire, et par conséquent le prix d'un tel voyage, pouvaient entraver ce plaisir
certes, mais nous avons la chance d'offrir un point de chute sympathique pour sillonner ensuite entre réserves et autres sites enchanteurs

c'est sophie (pour la petite histoire, une amie du nord avec qui j'ai échangé via ce blog avant d'apprendre à nous connaître dans la "vraie" vie) accompagnée de ses deux hommes (charlotte a manqué à l'appel, elle profite d'une année de césure en tasmanie) qui a ouvert le bal des visites
évidemment, impossible de prendre autant de congés que l'on a aura d'invités
nous nous sommes donc greffés sur une partie de leur séjour, cap au sud !
et pour prendre la mesure de Capetown et de son idyllique environnement,
nous voilà partis dans le fameux bus rouge...
la ville du Cap n'est pas une ville belle en soi, hésitant entre des rues aux bâtiments historiques et un front de mer animé, le quartier coloré de bo kaap mondialement connu et une forêt de buildings, mais les alentours peuvent faire basculer tous les septiques
il flotte un petit air de californie dans cette ville la plus australe de l'afrique 

 je vous embarque pour notre premier jour !

1cap

2cap

3cap

4cap

5cap

6cap

7cap

8cap

9cap

10cap

11cap

12cap

 

 

14capbis

15cap

16cap

17cap

18cap 2

18cap

 

20cap

21cap

22cap

23cap

24cap

25cap

26cap

27cap

28cap

 

30cap

31cap

32cap

33cap

34cap

35cap

36cap

37cap

38cap

39cap

40cap

41cap

42cap

43cap

44cap

 

46cap

47cap

49cap

50cap

51cap

 

53cap

54cap

55cap

56cap

57cap

58cap

59cap

60cap

61cap

62cap

63cap

64cap

65cap

 

Posté par blabla etc à 15:14 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
13 février 2018

l'art urbain pour réinventer la ville #2

celles qui me suivent depuis un certain temps savent combien j'aime arpenter les musées, les expositions et fréquenter les lieux chargés d'histoire
mais je ne m'étais jamais trop frottée à l'art urbain...
alors, peut-être que j'ouvre les yeux de façon différente ici, mais j'apprends à aimer le street art
il faut dire qu'à joburg, comme sur la scène new-yorkaise plus connue, le graffiti est un art à part entière, avec ses règles et ses codes

profane que je suis, j'associais l'art du graffiti à un contexte urbain, à des immeubles désaffectés ou des cours d'immeubles bétonnées et abandonnées...
et bien, j'ai vu ce lundi comment les graffeurs ont su exprimer leur talent dans un quartier de joburg qui a connu dans sa chair les blessures de l'apartheid
westdene était autrefois appelé sofiatown...
ce quartier populaire a été minutieusement et totalement détruit par le régime de l'apartheid qui a repoussé la population noire vers le quartier plus éloigné de soweto
aujourd'hui, westdene a pansé ses plaies 
en grande partie grâce à la municipalité qui a décidé de redéfinir la métropole de johannesburg (plus de 1600 km2 soit près de 16 fois la superficie de Paris intra muros), tant sur le plan administratif et économique, que dans sa dimension sociale et symbolique
pour (re)composer l’espace urbain et modifier la relation du public avec sa ville, les pouvoirs publics ont adopté en 2007 une politique d’art public (public art policy) dont le but était de financer l’installation d’œuvres d’art, et de positionner joburg sur la scène mondiale, en tant que métropole culturelle

retour en arrière
il faut savoir que l’actuelle capitale sud-africaine se divisait pendant l’apartheid en 11 autorités locales autonomes dont 7 blanches et 4 noires, 
coloured et indiennes (selon les catégories alors employées par le régime...)
l’unification progressive de la métropole a conduit à la constitution, non sans mal, en 2000, d’une structure métropolitaine unique, emblématiquement dénommée unicity
la nouvelle entité a commencé à élaborer un plan d’actions cohérent visant à gommer les inégalités socio-géographiques, en conjuguant croissance économique et lutte contre la pauvreté
partant d'abord du postulat que la ségrégation nuisait à l’attractivité urbaine, l’art public a alors été présenté comme «un catalyseur de développement économique» ; en redorant l’image de la ville marquée par 50 ans de politiques ségrégatives et connue dans le monde pour être une ville inégalitaire et dangereuse, la municipalité rendait joburg à nouveau attractive pour les investisseurs et les touristes
ensuite, cette politique visait clairement un retour à une cohésion sociale : retrouver un certain sens du vivre-ensemble...
l'art considéré comme un moyen de réappropriation des espaces publics pouvait ainsi participer au processus de sécurisation des dits-espaces : les oeuvres devenaient des "symboles communs" contribuant à la fierté civique (sentiment d’appartenance à une seule et même ville) et concourraient à forger une identité positive de la ville 

il y a 10 ans, symboliquement, la politique d'art public s'est d'abord focalisée sur le CBD (central business district), ancien cœur économique frappé par un processus de déclin (déserté par la population blanche à la fin des années 1970)
la stratégie de régénération urbaine a ensuite été étendue aux quartiers limitrophes du coeur de la ville
westdene est le reflet de cette dynamique métropolitaine qui vise à construire concrètement l’unité de Johannesburg sur l’ensemble du territoire 

westdene pourrait faire penser à une plaisante banlieue middle class des états-unis, dans les sixties
il est très agréable de poser ses pas dans ses larges allées très arborées, où les propriétaires offrent aux talents de s'exprimer sur leurs murs
d'une simple écriture savamment composée comme une oeuvre graphique ou de dessins beaucoup plus élaborés (dont la réalisation la plus accomplie est d'ailleurs appelée master pieces)
je vous invite à me suivre en images 

1w

2w

3w

4w

5w

6w

7w

8w

9w

10w_modifié-1

11w

12w

13w

14w

15w

16w

17w

18w

19w

20w

21w

22w

23w

24w

25w

26w

27w

28w

29w

30w

31w

32w

33w

34w

35w

36w

37w

38w

39w

40w

41w

42w

43w

44w

45w

46w

47w

48w

49w

50w

51w

53w

52w

54w

Posté par blabla etc à 19:07 - - Commentaires [7] - Permalien [#]