blabla, etc

15 janvier 2019

Un après-midi en Turquie

non contente d'être dépaysée en vivant une expatriation en afrique du sud, je m'offre dse parenthèses exotiques
comme aujourd'hui, un petit voyage à Istanbul grâce à la visite de la grande mosquée Nizamiye, située à mi-chemin entre la capitale politique Pretoria et la capitale économique Johannesburg, et qui peut se targuer d'être la plus grande mosquée de l'hémisphère sud !

fleuron de l'architecture typiquement ottomane, elle est la quasi réplique de la mosquée turque Selimiye à Edirne, bâtie au XVIème siècle

si les musulmans ne représentent que 1,5% de la population sud-africaine, le pays compte de nombreuses mosquées
mais cet édifice, dont la construction d'un coût de 24 millions de dollars a été financée par un riche homme d'affaires turc, Orhan Celik, est incontestatblement le seul à avoir la capacité d'accueillir jusqu'à 6 000 fidèles
Nelson Mandela avait encouragé sa construction, mais il a fallu trois ans pour construire ce complexe, qui comprend aussi une salle de conférence, une clinique, un centre commercial, des terrains de sport, et une grande école d’éducation coranique 
la mosquée Nizamiye a donc été inaugurée officiellement en octobre 2012 par le président sud-africain jacob zuma et une délégation turque

c'est un dépaysement certain que de passer deux heures sous ses coupoles aux dessins ponctués d'arabesques et de graphismes floraux
et pour ne pas gâcher le plaisir, nous avons terminé la visite par un déjeuner aux accents turcs des plus délicieux

1mosq

2mosq

3mosq

4mosq

5mosq

6mosq

 

8mosq

 

10mosq

11mosq

12mosq

13mosq

14mosq

15mosq

16mosq

17mosq

18mosq

19mosq

20mosq

21mosq

22mosq

 

 

25mosq

26mosq

27mosq

28mosq

29mosq

30mosq

31mosq

32mosq

33mosq

34mosq

35mosq

36mosq

37mosq

38mosq

39mosq

40mosq

41mosq

42mosq

43mosq

44mosq

 

 

 

Posté par blabla etc à 18:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

04 décembre 2018

soleil brûlant sur mabalingwe

depuis dix-huit mois, nous avons appris à endosser les habits d'expatriés
cela signifie une adaptation au pays qui nous accueille, à ses exigences, ses contraintes, son mode de vie, ses coutumes
c'est apprendre à conduire à gauche dans un flux de circulation anarchique
c'est renoncer à nos habitudes alimentaires et ne plus parler de barbecue, mais de braii, pas de saucisson mais de biltong
c'est comparer nos bordeaux et bourgogne français avec les vins sudafricains 
c'est voir le jour s'éclipser devant la nuit à l'heure du thé même en été
c'est ouvrir son regard à d'autres expressions artistiques et artisanales
c'est découvrir les épisodes heureux et dramatiques de la nation arc-en-ciel
c'est apprendre à vivre au ralenti et vivre l'été en hiver (et vice-versa)
c'est dire game drive et non safari
c'est se faire appeler "mam" et remplacer le bonjour par "how are you?"
...
mais être expatriés c'est s'engager (ou pas) dans la communauté française
et c'est beaucoup échanger nos expériences de voyages, nos coups de coeur, nos adresses
et c'est voyager entre amis pour tester de nouvelles réserves

mabalingwe est à deux heures de johannesburg
nous y avons investi un airbnb en self catering, dans un décor plombé par un soleil d'été brûlant
nous avons assisté à une rare parade amoureuse chez les autruches
nous avons vu le soleil se coucher et teinter de rose la terre du bush
et nous avons découvert le "kalahari oasis", un bar au milieu de nulle part, comme sorti d'un western de l'Amérique profonde
une échappée de deux jours et demi comme une longue évasion

je vous emmène !

1maba

2maba

 

3maba

4maba

5maba

6maba

7maba

 

9maba

10maba

11ma

12maba

13maba

14maba

15maba

16maba

17maba

 

20maba

21maba

22maba

23maba

23mabaa

24maba

25maba

 

27maba

28maba

29maba

30maba

31maba

32maba

33maba

34maba

35maba

36maba

 

38maba

39maba

40maba

41maba

42maba

43maba

44maba

45maba

46maba

47maba

48maba

49maba

50maba

51maba

 

 

53maba

 

52maba

54maba

55maba

56maba

57maba

58maba

59maba

60maba

61maba

62maba

 

 

 

 

 

63maba

 

64maba

65maba

66maba

 

67maba

68maba

69maba

70maba

71maba

72maba

73maba

74maba

67maba

089A5070m

26m

089A5060m

089A5083m copie

28m

30m

34m

IMG_8262m

IMG_8267m

IMG_8269m

IMG_8271m

IMG_8292m

 

38m

IMG_8323m

IMG_8324m

IMG_8332m

 

 

 

Posté par blabla etc à 19:30 - Commentaires [7] - Permalien [#]
25 novembre 2018

la route des épices, au coeur de Joburg

s'inscrire à une visite de la route des épices à Fordsburg est une invitation au voyage
dès nos premiers pas, nous comprenons que ce district situé au sud de joburg se dévoile dans une explosion de couleurs chamarrées, de saveurs mâtinées d'exotisme, et le sourire amical des vendeurs des étals est la promesse d'une incursion palpitante à la croisée de l'Afrique, de l'Inde et du Moyen-Orient !

car Fordsburg qui s'étend autour de l'Oriental Plaza, est connu comme le mythique quartier oriental de Joburg,
des murs d'enseignes aux langages mêlés, des lumières scintillantes rivalisant avec de la nourriture aux parfums alléchants et aux couleurs parfois improbables, de la musique Bollywood dans les oreilles, des fétiches indiens bling bling cotoyant des DVD aux couleurs criardes, l'accueil chaleureux de vendeurs toujours affables et de cuisiniers souriants, et l'agitation permanente d'un vaste marché indien authentique... partir visiter Fordsburg à pied est une expérience, un aperçu de la nation arc-en-cielunique en son genre, qui rassemble en un territoire de quelques kilomètres carré une variété de cultures et de patrimoine, un mélange multiculturel de peuples migrants : Indiens, Pakistanais, Arabes, Somaliens, Malais et Chinois

Ishvara Dhyan, fin gourmet et fin connaisseur de la place, a été notre guide
ce samedi matin, il nous a proposé une balade culinaire dans des rues animées, ponctuées d'échoppes exotiques, tel un livre ouvert de la culture, l’histoire, la religion, la gastronomie de ces communautés qui ont immigré en Afrique du Sud
guide mais aussi chef évoluant sous l'étiquette d'ancient secrets, Ishvara s'arrête devant un étal pour nous expliquer comment les mini aubergines, la coriandre ou tout un tas d'ingrédients sont cuisinés dans telle ou telle communauté,
nous évoluons sous le marché aux puces couvert de WhereFordsburg, succombons chez les marchands d’épices, nous arrêtons au fil des stands de street food indienne, pakistanaise, turque, syrienne… pour goûter là des baffa bread syriens, ici des brochettes de poulet tandoori, poursuivons par un masala dosa, ne pouvons résister devant un stand de paan, tombons en pamoison en dégustant les incomparables kulfis, glaces turques à base de cardamome et pistaches, buvons un savoureux jus chez Schwarma O time... et terminons notre tour par les confiseries de la Divine Bakery, installée dans une ancienne église libanaise

s'il est aujourd'hui quartier multi-ethnique entre couleurs vives, saveurs épicées et temples de bonnes affaires, l'histoire de Fordsburg est cahotique, aussi fascinante que turbulente
à l'origine, ce territoire était une partie de la ferme sur laquelle l'or avait été découvert en 1886,
bâti pour les mineurs travaillant sur le gisement aurifère, Fordsburg a été nommé ainsi en l'honneur de Lewis Peter Ford de la société Jeppe and Ford Estate
mais, le 4 mars 1922, a lieu sur ce sol la révolte rouge, un soulèvement dirigé par des mineurs blancs qui s’opposèrent de manière armée à la décision gouvernementale d'utiliser une main-d’œuvre noire et bon marché 
les mineurs ont creusé des tranchées, se sont barricadés (les toilettes publiques toujours visibles, portant le premier blason de la mairie de Johannesbourg, servaient de blockhaus), mais les forces gouvernementales sont intervenues et ont bombardé, à commencer par l'église presbytérienne de Mint Road
les leaders de la grève, Fisher et Spendiff, se sont suicidés dans le bâtiment du marché, 219 personnes sont mortes au total et 4 750 ont été arrêtées
à partir de ce sombre épisode, Fordsburg va devenir une communauté multiculturelle très unie, composée notamment d’indiens, de métisses et de chinois qui travaillent et vivent en harmonie
pendant des années, cela va susciter la colère du gouvernement de l’apartheid car la banlieue était trop bien située au centre-ville, et dès 1950 il va  réglementer pour faire de ce quartier un district réservé aux Blancs en vertu de la loi sur les zones de regroupement, et va relocaliser de force les résidents indiens de la 14th Street à la nouvelle banlieue de Lenasia, au sud de la ville
le gouvernement compte ainsi sur la destruction d'une communauté multiculturelle dynamique
pourtant celle-ci reste mobilisée efficacement, un fort esprit d’activisme naît, mené par des personnalités anti-apartheid comme les Dr Yusuf Dadoo, Dr GM Naicker, Dr Zainab Asvat et Amina Cachalia
vers le milieu des années 1970, les commerçants indiens de Fordsburg et Pageview protestant contre le déménagement forcé, les autorités de l'apartheid acceptent finalement de les autoriser à posséder des entreprises à Fordsburg, à condition qu'ils se trouvent dans un nouveau centre commercial construit à cet effet : il s'agit de l'Oriental Plaza, un centre commercial aujourd'hui florissant avec 360 magasins !
les tissus (dont une extraordinaire gamme de tissus de sari), les articles de mercerie, les tenues et accessoires de mariée et des milliers de paires de chaussures ne sont que quelques-uns des articles qui attirent une foule de personnes, en provenance de toute l'Afrique du Sud et des pays voisins...

précisons pour finir que c'est à fordsburg aussi que le 16 août 1908, Gandhi a conduit 3 000 partisans - musulmans, hindous et chrétiens - à la mosquée Hamidia, où ils ont brûlé leurs documents d'identité de passe que toutes les personnes classées «non blanches» par le gouvernement de l’époque étaient obligées d'emporter avec elles pour voyager à travers la ville, le feu de joie a été allumé dans une chaudière et il s'agissait du premier feu enregistré de documents d'identité en Afrique du Sud, action qui serait ensuite imitée par le mouvement de résistance anti-apartheid
c'était aussi le début de Satyagraha, la campagne de résistance passive élaborée par Gandhi...

bref, celui que l'on surnomme Indian Joburg est riche en histoire et porte avec fierté les traces de son passé

1f

2f

3f

4f

5f

6f

7f

8f

9f

10f

11f

12f

13f

14f

15f

16f

17f

18f

19f

20f

21f

22f

23f

24f

25f

26f

27f

28f

29f

30f

31f

32f

33f

34f

35f

36f

37f

38f

 

40f

41f

 

43f

44f

45f

46f

47f

48f

49f

50f

 

52f

53f

 

Posté par blabla etc à 10:39 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
21 novembre 2018

18 qui nous est cher !

le lesotho, pretoria, paris, johannesbourg... et maintenant, bourges
j'espère que vous n'avez pas le tournis,
mes voyages immobiles sont un peu décousus, tel les carrés d'un patchwork à assembler
...
le 28 octobre dernier, mon grand a fêté ses 18 ans...
il y a 18 ans, dans le département du cher où nous habitions alors,
sous ce coin de ciel, il a pointé sa frimousse, le jour dit, pas en retard, pas en avance, martial, à l’heure à notre rendez-vous

...
comme cadeau symbolique, j’ai donné un petit coup de pouce au destin pour qu'il souffle ses bougies dans cette région qui ne nous a accueillis que trois ans, mais où nous avons planté et nourri des racines solides

....
merci à Benoit qui t’a emmené voler plus près des ☁️, merci à nos chers amis qui t’ont entouré le jour-dit comme aux premiers jours de ta vie, dans ce coin du Berry 💙

1b

2b

3b

4b

5b

6b

7b

8b

9b

10b

11b

12b

13b

14b

15B

16b

17b

18b

19b

20b

21b

22b

23b

24b

25b

26b

27b

28b

29b

30b

31b

32b

33b

34b

35b

36b

37b

38b

39b





Posté par blabla etc à 19:06 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
20 novembre 2018

un lundi matin à brixton

passer d'un billet sur paris à une mise en images d'un quartier de joburg méconnu peut apparaitre comme un grand écart...
mais j'aime l'exercice et, à n'en pas douter, il y a de l'intérêt à glisser ses pas dans chaque parcelle de notre terre
d'autant que le quartier de Brixton ne manque pas d'intérêt, loin s'en faut ! 

il s’agit d’une banlieue historique de la classe ouvrière de l'ouest de joburg, un petit quartier perché sur les hauteurs à proximité d’Auckland Park, entre Braamfontein et Westdene
un lieu alternatif existe, le Roving Bantu, qui propose de faire découvrir ce quartier

suivez avec moi, Sifiso, notre guide enthousiaste et disert, 
il mixe éléments historiques parfois insolites et anecdotes personnelles pour nous faire découvrir son quartier dont il a une vraie connaissance
avec lui, on déambule depuis brixton au quartier de Fietas qui a été le siège de délocalisation massive de familles vers les townships durant l’apartheid, on observe la ville depuis la colline de Pageview, on lève le nez devant la monumentale Sentech Tower, on longe le Kingston Frost Park, on traverse Cottlesloe et on boucle le parcours par l'un des plus grands cimetières de joburg établi en 1912, qui abrite un crématorium historique hindou (organisé par le Mahatma Gandhi peu de temps avant son départ de l'Afrique du Sud en 1914), le monument commémoratif d’Enoch Sontonga, et où des personnalités célèbres reposent (dont un certain Cullinan, premier découvreur de diamants)

brixton, qui porte le même nom que la banlieue londonienne, a été explorée pour la première fois en 1902 (à l’époque, de nombreuses rues prennent leur nom de quartiers de la capitale britannique)
la crête sur laquelle la zone a été développée au début du XXe siècle offre une vue panoramique
le secteur se bâtit autour de larges rues bien rangées, avec quasiment exclusivement des maisons jumelées traditionnelles aux murs bas : quelques-unes d’entre elles ont été reconnues en tant que sites du patrimoine provincial

mais le fleuron de ce quartier est sans conteste l'emblématique Sentech Tower, plus connue sous le nom de tour Brixton,
construite en 1962, la fameuse tour émettrice de signaux de télévision, du haut de ses 237 mètres, est un point de repère incontournable de la skyline de joburg
elle est facilement identifiable, aux côtés de sa "cousine architecturale", la Hillbrow Tower (la tour Sentech a été la plus haute structure construite par l'homme en Afrique jusqu'à ce qu'elle soit dépassée par la tour Hillbrow)
la tour abritait autrefois un restaurant, mais celui-ci a été fermé en 1982 en raison de tensions politiques
aujourd’hui, la tour diffuse 18 programmes FM et 7 stations de télévision

l’image de cette banlieue souffre encore d’une image plutôt négative, pourtant Brixton fait partie de ces quartiers en cours de gentrification
des professionnels commencent à investir, les bas prix de l'immobilier dans le secteur attirent de nouveaux résidents, les étudiants commencent à affluer attirés par la proximité avec les universités voisines de witwatersrand et de johannesburg
il ne faut pas se leurrer pour autant, de nombreuses zones sont encore perçues comme délabrées et surpeuplées, mais il semble que le quartier soit prêt à vivre un renouveau, et l’équipe du Roving Bantu s'impose comme un bon ambassadeur

nous terminons notre visite par un déjeuner partagé dans leur resto, un espace convivial voué au jazz, décoré aux couleurs chamarrées et qui propose le même esprit mâtiné d’Afrique dans leur menu afro soul food, un cuisine fusion entre l’Afrique du Sud et d’autres pays du continent

1b

2b

3b

4b

5b

6b

67b

68b

8b

9b

10b

11b

12b

13b

15b

16b

17b

18b

19b

20b

21b

22b

23b

24b

25b

26b

27b

28b

 

30b

32b

33b

 

35b

36b

37b

38b

39b

40b

41b

42b

43b

 

45b

46b

 

48b

49b

50b

51b

55b

56b

57b

58b

60b

61b

62b

63b

64b

65b





 

Posté par blabla etc à 09:36 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

11 novembre 2018

la ville de rêve & la photographe du réel

quand j'étais étudiante, Paris était une attraction à deux heures en TGV, une échappée pour chercher à découvrir ce que la proximité m'offrais parfois mais que je ne voulais pas voir
quand je suis devenue adulte, Paris est devenue la ville lumière qui attirait la provinciale que j'étais par ses musées et ses possibilités de culture infinies
maintenant je suis expatriée, Paris est une fierté, la ville que le monde nous envie, la ville où je vadrouille à pied avec un sentiment de bien-être et de gratitude mêlés
et puisque Paris est un sujet inépuisable de photographie, il est naturel que j'arpente ses arrondissements, ses quais, ses îles, ses parcs, ses musées, ses passages, l'appareil photo au cou
il est tout aussi naturel que les expositions consacrées au 8ème art m'attirent 
et j'ai la grande chance d'avoir des amies qui connaissent ce même pouvoir d'attraction
j'ai donc profité de mes trois semaines de vacances en France pour visiter mon étudiant et, 
comme il fallait le laisser bosser un peu, mes pas m'ont conduit à l'exceptionnelle exposition proposée actuellement au Jeu de Paume

Dorothea Lange est une pionnière de la photographie documentaire, l'actrice majeure d'une grande investigation iconographique sur la société rurale américaine des années 30
née dans le New-Jersey, elle démarre sa carrière à new-york, puis à san francisco où elle commence par ouvrir un studio de portrait
mais c'est un désir de vérité et la Grande Dépression qui touche l'Amérique profonde 
qui la poussent à déplacer son champ d'action dans la rue et à se lancer dans le documentaire social engagé
resituons l'époque, l’Amérique connaît une crise sans précédent avec, de façon concomitante, le krach boursier de 1929 et une sécheresse dans les états du Sud 
soucieuse du sort des laissés pour compte, Dorothea Lange veut sensibiliser les citoyens à la pauvreté qui les entoure et publie notamment An american exodus  
c'est ainsi qu'elle attire l'attention de la Farm Security Administration (créée par Roosevelt pour venir en aide aux agriculteurs ruinés) qui la recrute et va lui confier deux missions entre 1935 et 1941 

pour ses voyages d'études sur le terrain, elle va couvrir vingt-deux Etats différents et témoigner comme personne de la situation des sans-abris, des chômeurs, des migrants ayant quitté le Middle West pour la Californie rurale,
c'est à ce moment-là qu'elle va produire des images iconiques, comme Migrant Mother (Mère migrante, 1936) qui mettent en lumière les difficultés extrêmes qu'affrontent les personnes broyées par l'économie de l'agriculture industrielle

le 6 mars 1936, Dorothea Lange rentre chez elle, le coffre chargé de pellicules, aprés une mission d'un mois en solitaire à photographier les ouvriers saisonniers de la côte ouest quand elle remarque un panneau signalant un camp de cueilleurs de petits pois... la photographe passe tout droit, pressée de retrouver ses enfants
pendant trente kilomètres, pourtant, quelque chose la tiraille... elle décide de faire demi-tour et 
se retrouve dans le camp de Nipomo ou sont entassées des familles de migrants
elle y rencontre Florence Owens Thompson
la femme lui donne son âge, 32 ans, lui explique être veuve depuis 4 ans et mère en charge de 6 enfants qu'elle nourrit comme elle peut, de trouvailles et en vendant le peu qu'elle possède
Dorothea ne passe que quelques minutes avec elle, échange quelques mots, s'approche graduellement et réalise six prises de vue de la jeune mère anxieuse, au visage marqué et au regard perdu dans le vide...l'un des portraits fera le tour du monde

ses photographies étant propriété de l'État, elles sont rapidement publiées, 
la FSA prend l'initiative de créer un département photo qui sera les plus vastes archives photographiques jamais constituées aux Etats-Unis, regroupant plus de 130 000 négatifs ; le but est d'utiliser la photographie rationnelle et neutre comme arme pour convaincre le Congrès et les Américains de la nécessité de débloquer des fonds
le travail de Dorothea va bel et bien avoir valeur d'élément déclencheur pour le gouvernement fédéral qui en le visionnant va décider dans le cadre de sa politique du New Deal le déblocage d'une aide d'urgence de nourriture et la construction de camps d'hébergement au profit des travailleurs agricoles migrants pour tenter d'endiguer la pauvreté dans les régions rurales

si dans le cadre de la FSA, les photographes étaient soumis à des directives et ne pouvaient exprimer leur touche personnelle, Dorothea va peu à peu se détacher de ce carcan,
elle continue à stimuler l’empathie du spectateur mais, plus qu'un regard informatif et neutre, elle porte son humanité en bandoulière comme son appareil photo
non seulement, son travail devient source iconographique mais il relève sans conteste du domaine de l'art
Dorothea Lange a un oeil, ses cadrages sont pensés, épurés, subtils, et parfaitement intemporels
car ce focus sur des réfugiés climatiques, des caravanes de migrants, la misère économique résonnent avec notre époque

morte en 1965, Dorothea Lange demeure l'icone de la misère humaine de l'entre-deux-guerres, elle incarne à jamais les exclus du rêve américain

l'exposition est visible jusqu'au 27 janvier au Jeu de Paume

1p

 

2p

 

3p

 

4p

 

5p

 

7p

8p

9p

10p

Op

11p

12p

13p

14p

15p

16p

17p

18p

 

20p

 

22p

23p

24p

 

 

 

 

 

 

26p

27p

28p

29p

30p

31p

32p

33p

34p

 

36p

37p

38p

39p

40p

41p

 

43p

44p

45p

46p

 

48p

49p

50p

51p

52p

53p

54p

 

56p

57p

 

59p

60p

 

62p

 

 

Posté par blabla etc à 16:48 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
08 novembre 2018

national botanical garden # pretoria

l'équipe randonnées de Jobourg Accueil nous propose des trails assez sportifs quand on conçoit que la ville se situe déjà sur un plateau à 1800 mètres d'altitude, sans compter une météo qui peut vite devenir écrasante...
mais nous pouvons profiter aussi de balades plus tranquilles dans le but de marcher au vert et d'exercer notre oeil en prenant des photos de la nature environnante
voilà notre dernière sortie au jardin botanique de pretoria

1jb

2jb

3jb

 

4jb

5jb

6jb

7jb

8jb

9jb

10jb

11jb

12jb

13jb

14jb

15jb

16jb

17jb

18jb

19jb

20jb

21jb

22jb

23jb

24jb

25jb

26jb

27jb

28jb

29jb

30jb

31jb

32jb

33jb

34jb

35jb

36jb

37jb

38jb

39jb

40jb

41jb

42jb

43jb

44jb

45jb

46jb

47jb

48jb

49jb

50jb

51jb

52jb

54jb

53jb

Posté par blabla etc à 17:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
02 novembre 2018

white daffodils !

il faut bien le dire, il y a très très très longtemps que l'on n'avait pas parlé tricot par ici...
force est de constater que j'agite nettement moins mes aiguilles depuis que je vis dans l'autre hémisphère 

mais l'invitation de nadia à tester son nouveau pattern daffodils ne m'a pas vu hésiter une seconde !
j'ai choisi de faire une version unie avec de la cascade superwash en colori écru pour un style que l'on pourrait qualifier de "nordic spirit"
j'ai profité de vacances au vert avec mon fiston
pour une séance photo dans les bois derrière chez nous qui n'est pas tout à fait chez nous, au pied du Vercors

le modèle daffodils par nadia crétin-léchenne est disponible dès aujourd'hui, ici sur ravelry

1daf

2daf

3daf

4daf

5daf

6daf

7daf

8daf

9daf

10daf

11daf

12daf

13daf

14daf

18daf

19daf

20daf

26daf

Posté par blabla etc à 13:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
22 octobre 2018

le Lesotho à moto # day 3

il y a près d'un an de cela,
lors d'une viite avec d'autres françaises expatriées en goguette,
je me souviens avoir entendu l'une d'entre nous
dire qu'elle s'absentait pour aller visiter le golden gate (sous-entendait National Park)
je me souviens avoir été un brin admirative de pouvoir sauter dans un avion pour partir à san francisco...
j'étais juste ignorante du fait que l'afrique du sud compte aussi son golden gate
et nous avons pu le découvrir lors de notre dernier jour en quittant le lesotho !
point de pont haubanné rouge, ni de fog...
mais des paysages à couper le souffle !
et un passage dans la charmante petite ville de clarens pour clore ce chouette road trip à moto

let's go on the road again !

1gg

2gg

3gg

4gg

5gg

6gg

7gg

8gg

9gg

10gg

11gg

12gg

13gg

14gg_modifié-1

15gg

16gg

17gg

18gg

19gg

20gg

21gg

22gg

23gg

24gg

25gg

26gg

27gg

28gg

29gg

IMG_6220

30gg

Posté par blabla etc à 23:54 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
11 octobre 2018

purple spring #2

vivre dans l'hémisphère sud, latitude 26°, longitude 28° est, qui plus est à 1 767 mètres d'altitude
offre la belle opportunité de revoir son savoir botanique
s'il est un roi parmi les arbres qui s'épanouissent en afrique du sud, c'est bien le jacaranda !
dès la fin septembre, il est attendu, on guette sa floraison, on redoute une pluie diluvienne qui viendrait anéantir ses fleurs et les mettre à terre...
et on se régale à se balader dans les rues qui semblent se refermer grâce à un plafond de grappes parme 
et à fouler un gigantesque tapis de confettis telle une marée mauve

une petite leçon d'histoire...
le jacaranda mimosifoliaest un arbre très répandu dans les pays au climat tempéré
autochtones d’Amérique du Suddont il est originaire (ils prolifèrent à Buenos Aires,
cette essence à la floraison flamboyante a signé son arrivée à Johannesburg en 1880,
au moment de la ruée vers l’or sur le Witwatersrand
quelques agriculteurs avaient apporté avec eux des graines du Cap
l'entrepreneur en arbres William Nelson, dont l’entreprise était connue sous le nom de Nelsonia Nurseries, aurait planté environ 106 kilomètres d’arbres dans les rues de la banlieue nouvellement créée de Kensington
la tâche aurait duré six mois, un exploit !
ça aurait été la première fois en Afrique du Sud que des arbres de rue aient été plantés à une si grande échelle

aujourd’hui, Pretoria gagne dans le duel face à sa voisine un peu plus au sud, Johannesburg
la ville profite d’une couverture violette sans précédent, avec près de 70 000 jacarandas
pourtant, il n’y a pas si longtemps, le jacaranda a failli être classé comme plante exotique
envahissante et sa reproduction a été menacée d’être interdite
mais Pretoria ne pouvait perdre son statut de « Jacarandas city »
il a donc été convenu que les Jacarandas existants ne doivent pas être éradiqués...

ce matin, j'ai profité d'une visite toute personnelle menée par une amie qui a son nid au milieu de ce trésor botanique !
un point de vue pour commencer dans la petite réserve de Groenklof où zèbres et gnous paissent tranquillement
et puis nous avons arpenté la colline des ambassades et autres résidences majestueuses,
avons fait une incursion à la Brasserie de Paris dont le bâtiment a été inspiré par Le Corbusier, 
et nous sommes exclamés cinquante fois sur la beauté des allées, les contrastes inédits avec les bougainvilliers, hibiscus, fleurs de cactus et autres arbres inconnus qui explosent tel un feu d'artifice inédit !

sans oublier un détour par la Herbert Baker street où s’épanouissent les très rares jacarandas 
blancs
dans cette seule rue, pourquoi ?
un horticulteur amateur, ancien directeur municipal des parcs de Pretoria,
avait voulu tester les graines en les plantant dans un seul chemin...

1j

2j

 

 

5j

6j

7j

8j

9j

10j

11j

12j

13j

14j

15j

16j

17j

18j

19j

20j

21j

22j

23j

24j

25j

26j

27j

28j

29j

 

31j

32j

33j

34j

35j

36j

37

 

39j

40j

41j

42j

43j

44j

45j

 

47j

 

49j

50j

51j

52j

53j

54j

55j

56j

57j

58j

Posté par blabla etc à 20:40 - - Commentaires [11] - Permalien [#]