être expatrié en afrique du sud invite à voir grand !
et les pays limitrophes sont une source d'évasion qui élargit encore le champs des possibles...
c'est ainsi que nous avons incrit la namibie au programme de nos vacances d'été
un court séjour puisque nous avons réussi à bloquer huit jours à neuf avec nos amis réunis et les emplois du temps de nos enfants respectifs,
mais assurément assez pour déclencher un coup de ♥︎ pour ce pays où tout est démesurément beau !

arrivés à windhoek, la capitale, nous prenons possession de nos 4x4 (véhicules incontournables pour parcourir ce pays où peu de routes bitumées existent)
et filons vers notre première étape
nous faisons le choix de ne pas prendre la route principale mais un détour par la D1234, direction ulhenhorst, qui nous permet de prendre la mesure de notre pays d'évasion

ravitaillement d'essence oblige dans la première ville qui s'articule autour de deux pompes, un magasin (fermé jusqu'à lundi, nous sommes samedi !) et quelques habitations... et c'est parti !
le challenge consiste à ne pas dépasser 80 km/heure même si la route est droite et semble monotone, le sable peut être traitre...
l'autre danger est bien sûr les animaux sauvages qui peuvent surprendre même un conducteur à l'oeil de lynx (mr blabla, cela va sans dire)
un phacochère et quelques guinea fawls (pintades communes en afrique australe) ont failli en faire les frais...

en route, nous nous extasions devant des nids gigantesques accrochés aux branches de shepperds trees
nous aurons les explications le lendemain par notre guide :
les philetairus socius, autrement dit dans notre langue, les "républicains sociaux" portent bien leur nom : ces petits passereaux de l'afrique australe construisent, brindille après brindille, des nids qui ressemblent à bottes de foin colossales
celles-ci peuvent peser 900 kilos, et mesurer jusqu’à 6 mètres de long pour 3 mètres de large et 2 mètres de hauteur
jusqu'à 500 oiseaux peuvent vivre dans ces logis collectifs et se protéger des températures extrêmes et des prédateurs du désert du kalahari, et cela sur plusieurs générations
ainsi, ces impressionnantes structures peuvent parfois être vieilles de plus de 100 ans !

et puis, chemin faisant, nous avons la grande chance d'observer par deux fois un spécimen d'aardvark appelé familièrement "ours de fourmi africain" (il se nourrit de fourmis mais aussi de termites)on ne peut pas dire que ce mammifère nocturne de taille moyenne, fouisseur, soit beau.... il semble même sorti de l'imagination d'un auteur de sciences-fiction
contrairement aux autres insectivores, il a un long museau en forme de cochon, qui sert à renifler les aliments 

notre première étape nous amène au kalahari anib lodge, une étape bien agréable pour notre premier soir
le lendemain, une voiture et un guide nous attendent pour un café dans les dunes rouges du kalahari

la nambie nous en met déjà plein les yeux 💥

0j1

1j1

1j1bis

1j1ter

2j1

3j1

4j1

5j1

6j1

7j1

7j1bis

8j1

9j1

10j1

11j1

12j1

13j1

14j1

15j1

16j1

17j1

18j1

19j1

 

21j1

22j1

23j1

24j1

25j1

 

27j1

28j1

29j1

30j1

31j1

32j1

33j1

 

35j1

36j1

37j1

39j1bis

39j1quatro

39j1ter

38j1

39j1

40j1

40j1bis

41j1

42j2

43j1

44j1

45j1

46j1

 

 

48j1 copie

47j1

 

49j1

 

51j1

 

53j1

54j1

55j1

56j1

57j1

58j1

59j1

60j1

61j1

62j1

63j1

 

65j1

 

67j1

68j1

69j1

70j1

67j1bis

70j1bis

72j1

73j1