flash back !

en novembre, je suis partie pour une dernière rando au lesotho, hors du temps, hors réseau

je suis partie revoir cette pépite préservée, où l’on peut se reconnecter à la nature, marcher avec un sentiment d'infini et d'éternité, avec une impression de bout du monde, prendre la mesure des éléments et des perspectives verticales

5 jours seulement, mais la promesse de cette évasion était comme la dernière chance que j'ai saisie de vivre dans ces grands espaces qui m’émeuvent... et je n'ai pas été déçue... 

à bout de souffle !

le souffle coupé physiquement parce qu'on a randonné en tutoyant les 2800 mètres d'altitude au-dessus de la mer
le souffle coupé émotionnellement par la beauté des paysages traversés et la majesté de ces décors semblant sortis des contes fantastiques

être essoufflée oblige à ralentir la cadence
les caprices d'une météo extrêmement changeante contraignent à lâcher prise
c'est à n'en pas douter la meilleure manière de se mettre en phase avec le rythme du pays ; une vie au ralenti, où l'on vit et travaille quelle que soit la couleur du ciel

nous avons avancé sur des terrains boueux, dans des plaines de marécages, traversé des cours d'eaux en cherchant les points de passage de pierre en pierre ou se déchaussant pour traverser des rivières gonflées par les averses de la nuit
nous avons progressé avec des enfants tels des elfes de montagne.
nous avons observé les femmes la tête fière malgré de gros paquetages sur le sommet de leur crâne ; nous les avons vu occupées à maintenir le feu des heures durant...

nous nous sommes levées avec le jour naissant, les hommes du village ayant déjà revêtu leurs bottes de caoutchouc, leur couverture basotho et leur fouet pour diriger leur troupeau.... et en fin de journée, quand nous étions fourbues de fatigue, nous les avons vu revenir à l'heure du jour déclinant... et recommencer le lendemain et tous les jours que Dieu fait !

nous avons observé la vie pastorale, les chevaux et les ânes qui évoluent en liberté parce qu'ils savent où rentrer
au lendemain d'une nuit d'orage qui semble avoir lavé le ciel, nous nous avons vu les hommes attelés à faire avancer les bœufs tirant le soc pour labourer des terrasses de terre rendue meuble par la pluie

et nous avons eu la chance d'assister de loin, s'approcher aurait été indécent, à une cérémonie d'initiation pour une vingtaine de jeunes : 3 mois de confrontation à la nature pour devenir des hommes
enfin, nous avons aperçu un autre groupe d'une trentaine de jeune le torse et le visage recouverts de terre blanche avançant serré comme un seul homme

quelle expérience physique et morale que se mettre en retrait du monde,
introspection et réflexion obligatoires, et difficile retour à la réalité... mais oh la la que j'ai aimé !

1sem

2sem

3sem

 

5sem

 

7sem

8sem

 

 

11sem

 

13sem

14sem

 

16sem

 

18sem

19sem

20sem

 

22sem

23sem

 

 

26sem

27sem

 

29sem

 

31sem

 

 

 

35sem

 

 

 

39sem

41sem

 

 

 

45sem

 

 

 

 

 

 

 

 

54sem

 

56sem

 

 

 

66sem

67sem

 

 

70sem

71sem

IMG_5026

 

IMG_5039

IMG_5020

IMG_5045

 

IMG_5055

 

IMG_5067

IMG_5068

 

 

IMG_5087

IMG_5091

 

IMG_5099

IMG_5101

IMG_5122

IMG_5124

IMG_5133

IMG_5137

 

IMG_5154

IMG_5159

 

IMG_5169

IMG_5176

 

IMG_5184

IMG_5194

IMG_5197

IMG_5205

IMG_5210

IMG_5218

IMG_5237

IMG_5239

IMG_5259

 

IMG_5268

 

IMG_5270

IMG_5274

IMG_5284

IMG_5309

IMG_5311

IMG_5329

IMG_5343

IMG_5350

IMG_5362

IMG_5364

 

IMG_5370

IMG_5381

 

IMG_5392

IMG_5403

 

IMG_5416

IMG_5420

IMG_5421

IMG_5437

IMG_5438

IMG_5446

IMG_5452

 

40sem