au nord de pretoria, se trouve le domaine de rosemary hill et notamment son usine de distillation d'huiles essentielles qui nous intéressait moi et mes amies
nous sommes tombées sous le charme de cette propriété où la nature est reine !
rosemary hill a été créée par un couple dans les années 70 qui se revendiquait de la mouvance hippie
les propriétaires ont changé depuis, mais le même esprit est resté, le domaine continue de respecter les principes de la biodynamie
les bâtiments déroulent une harmonie subtile entre corps de ferme, esprit country et décoration industrielle aux détails qui plaisent : des appliques à base de tuyauteries cuivrées et d'ampoules design, des mosaïques à la palette de céladon à tomber... 

nous avions pris rendez-vous avec la délicieuse carla qui nous a d'abord guidées à travers les champs, puis dans la distillerie nous faisant cheminer au fil du processus
le site récolte et produit une palette de huit huiles essentielles : romarin, lavande, eucalyptus, géranium rose, verveine, tagète, artemisia afra et artemisia absinthium 
aprés avoir été entretenu toute l'année, le matériel végétal est récolté quand il est arrivé à maturité, puis transporté dans la distillerie et laissé tremper au soleil : cela permet à la plante de se flétrir (une feuille fanée exprime plus d'huile lorsqu'elle est cuite à la vapeur)
les branches, les feuilles ou les fleurs, c'est selon, sont emballées dans des sacs d'une tonne, elle sont chargées dans les réservoirs de distillation
cela revient à obtenir 268 kilos de matière première végétale, celle-ci une fois passée dans l'alambic permettra d'obtenir un rendement de quelques litres à peine d'hydrolat et d'huiles essentielles.....

nous avons donc commencé notre visite dans un champ qui semblait en friche, à l'abandon avec des herbes sèches de près de 2 mèrtres
il s'agissait en fait d'une herbacée nommée tagète de la famille des astéracées
cette plante vivace à petites fleurs blanches pousse au bord des chemins et des routes mais aussi parfois dans les décombres et pourtant l'’industrie du parfum l’utilise beaucoup car son odeur est très parfumée et fruitée !
un mélange inédit entre pomme, pamplemousse rosé et citronnelle (imaginez un peu...) qui est considéré comme l’huile de la bonne humeur car elle est reconnue pour ses vertus équilibrante et relaxante

arrivées dans le la distillerie, carla nous avait préparé un échantillon de chacune des essences : nous avons senti alternativement l'odeur enivrante du géranium rose, la verveine a déclenché une petite excitation olfactive, sitôt remplacée par la joyeuses découverte de l'eucalyptus globulus, sans oublier l'étonnant parfum de l'artemisia, cette plante miracle pour le traitement de la malaria

au terme de la visite, nous avons fait quelques emplettes (du sanitizer parfumé au romarin, ça change tout !) et avons craqué pour quelques plans de verveine, romarin et spekboom
à ce propos, connaissez-vous le spekboom ? l'afrique du sud est complètement gaga de cette plante dont le nom latin est portulacaria afra et qui pourrait aider à réduire l’effet du réchauffement planétaire... rien de moins !
ce nom afrikaans désigne cet arbuste ou petit arbre (jusqu’à 5 m de hauteur) indigène adapté aux climats tropicaux secs
reconnaissable à ses tiges et feuilles épaisses, le spekboom se nomme en français le pourpier en arbre ou le jade miniature 
c’est une plante robuste, facile à cultiver, peu sujette aux insectes et maladies, tolérant à la fois la chaleur extrême et un certain froid (jusqu’à environ -2 °C)
elle s’adapte bien aussi aux sols pauvres, aux précipitations irrégulières et aux périodes de sécheresse prolongées
un autre avantage est sa résistance au feu : ses tissus, chargés d’eau, ne brûlent pas facilement !
particulièrement efficace dans la séquestration du dioxyde de carbone, un seul buisson peut capter 100 fois plus de CO2 qu’un pin adulte parce qu’il utilise deux types de photosynthèse plutôt qu’un seul, ce qui fait presque doubler sa capacité d’absorbtion
en afrique du sud, sa plantation est donc encouragée pour des fins environnementales : le #spekboomchallenge a été lancé en 2018 par la boplass farm à calitzdorp, dans la région du cap occidental : la famille nels a promis de planter un million de spekbooms sur leur ferme d’ici 2025 et ont mis au défi les sud-africains de participer à cette initiative !

ah j'oubliais, le spekboom est comestible, on l’utilise en cuisine en afrique du sud pour son goût acidulé
tout ça, nous avait mis en bouche, nous avons complété notre visite par une délicieuse halte au karoo café

une journée de découvertes comme un baume sur le coeur, en temps de confinement...

1rh

2rh

3rh

4rh

5rh

6rh

7rh

8rh

9rh

10rh

 

11rhi

40rh

12rh

14rh

 

16rh

 

19rh

20rh

20rhi

20rhil

20rhill

20rhilll_modifié-1

20rhills_modifié-1

20rhillst

21rh

22rh

23rh

24rh

 

25rh

26rh

27rh

 

29rh

30rh

31rh

32rh

33rh

34rh

35rh

36rh

37rh_modifié-1

 

41rh

42rh

43rh

44rh

45rh

46rh

47rh

48rh

49rh